Scroll to top

Carte blanche

Pour une meilleure qualité de vie en Régions wallonne et bruxelloise :
place à la santé dans toutes les politiques !

 

Notre société actuelle est marquée par des transformations sociales rapides. Les structures familiales se diversifient, l’accès à un revenu décent se fragilise et la population vieillit.

Nous, professionnel.le.s de la promotion de la santé qui œuvrons dans les domaines de la santé publique, de l’éducation pour la santé, de la santé communautaire, de la prévention des conduites à risques…, sommes convaincu.e.s qu’accorder une place à la santé dans toutes les politiques est déterminant pour faire face à ces nouveaux défis.

En effet, la santé ne dépend pas uniquement des aptitudes individuelles à rester en bonne santé, mais relève très largement d’autres conditions : l’accès à un logement de qualité, la proximité des services de santé, de transports en commun et d’infrastructures sportives, des environnements scolaires et de travail sains, la cohésion sociale…

Le combat pour promouvoir la santé globale et positive est à l’heure actuelle encore très peu connu et trop peu soutenu par les instances politiques. Nous considérons que nos élu.e.s communaux.ales doivent prendre leurs responsabilités en ce sens.

 

Des chiffres inquiétants ! 

 

Environ 18% de la population wallonne vit sous le seuil de pauvreté, cela concerne plus particulièrement les familles monoparentales, les enfants, et les pensionnés.¹

22% des ménages bruxellois évoquent au moins un des problèmes suivant concernant leur logement : surpeuplement, incapacité à chauffer convenablement, problèmes d’humidité ou de moisissures.²

Un tiers des 18-24 ans en Wallonie (27,9 %) qui ne sont pas scolarisés ou en formation sont au chômage.¹

¼ des ménages bruxellois (22,5%) déclarent avoir reporté des soins de santé pour des raisons financières.²

 

Nous sommes tou.te.s susceptibles d’être confronté.e.s à des facteurs de vulnérabilité (chômage, frais médicaux, endettement…). Cependant, les personnes socio-économiquement défavorisées ont davantage de risque de développer des problèmes de santé, pourtant évitables.

Selon une recherche canadienne de 2012, le système de santé ne contribuerait qu’à hauteur de 25% dans ce qui fait la santé3. Il est grand temps d’investir dans des stratégies visant les autres déterminants de la santé, comme l’évoquait récemment la Ministre wallonne de la santé, Madame Alda Gréoli4. C’est là que se situe le cœur du travail en promotion de la santé. Créer des environnements de vie et de travail favorables à la santé, renforcer l’action communautaire, développer les connaissances et compétences individuelles et collectives sont quelques-unes des stratégies que nous mettons en œuvre au quotidien dans notre travail. Reconnues par la communauté internationale5, elles ont un réel impact sur la santé des citoyen.ne.s.

 

Les communes : autant de leviers locaux pour agir pour, et sur, la santé et la qualité de vie de tous les habitants. 

Durant ces dernières années, des programmes ont été mis en place au sein de nombreuses communes à Bruxelles et en Wallonie.

Certains projets sont décrits sur les sites internet de nos fédérations : www.fwpsante.be et www.fbpsante.brussels.

La promotion de la santé renforce la capacité des populations à faire face aux défis nouveaux en matière de santé tout en visant à atténuer les inégalités sociales. La finalité de la promotion de la santé est de leur donner une prise sur les conditions de leur santé et leur bien-être, tout au long de leur vie. Cependant, la volonté de nos responsables d’élaborer des politiques publiques saines ou de créer des environnements davantage favorables à la santé est encore trop faible.

En Wallonie, cela fait plus de quatre ans que nous attendons un nouveau cadre décrétal. Sans celui-ci, nous ne pouvons agir dans une perspective à long terme. De son côté, Bruxelles s’est récemment dotée d’un dispositif pour organiser la promotion de la santé : un décret et un budget ont été adoptés. Malgré ces mouvements, la promotion de la santé fait toujours figure de parent pauvre des politiques de santé en Wallonie, comme à Bruxelles. Nous constatons également que l’impact sur la santé des décisions prises dans de nombreux domaines (éducation, emploi, mobilité, environnement, logement, citoyenneté…) n’est que trop rarement pris en compte.

 

Accorder une place à la promotion de la santé, cela passe aussi par les urnes. 

À la veille des élections communales du 14 octobre prochain, nous, acteur.trice.s du terrain, estimions nécessaire de faire un état de la situation et de réclamer plus de place pour la promotion de la santé au niveau local. Actions de promotion de la santé et politiques communales se jouent dans la proximité et constituent d’importants leviers pour développer des environnements favorables à la santé des citoyen.ne.s.

Accorder cette place à la promotion de la santé, c’est aussi s’appuyer sur l’expertise d’un réseau d’acteurs publics et du non-marchand6 pour une meilleure qualité de vie en Régions wallonne et bruxelloise.

Nous lançons donc cet appel à nos futur.e.s élu.e.s mais également à celles et ceux qui leur font confiance, car la santé, c’est notre affaire à tou.te.s !

 

Signataires : 

Les membres de la Fédération Wallonne de Promotion de la Santé et de la Fédération Bruxelloise de Promotion de la Santé :

Alias ; Alliance Nationale des Mutualités chrétiennes – Revue Education Santé ; Association de Recherche Action en faveur des personnes handicapées ; Centre Bruxellois de Promotion de la Santé ; Centre Communautaire de Référence pour le dépistage des cancers ; Citadelle – Projet périscope ; CLPS de Charleroi-Thuin ; CLPS de Huy-Waremme ; CLPS de Liège ; CLPS de Verviers ; CLPS des Arrondissements de Mons-Soignies ; CLPS du Brabant wallon ; CLPS du Hainaut Occidental ; CLPS du Luxembourg ; CLPS en province de Namur ; Comme chez nous ; Coordination Education & Santé ; Cultures et Santé ; De Bouche à Oreille – Li Cramignon ; Educa Santé ; Entr’Aide des Marolles ; Espace P… ; Eurotox ; Ex æquo ; Fédération des centres pluralistes de Planning Familial ; Fédération Laïque des Centres de Planning Familial ; Fédération des maisons médicales et collectifs de santé francophones ; Femmes et Santé ; Fonds des Affections Respiratoires ; Forest-Quartiers Santé ; Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles Belgique ; I Care ; Icar Wallonie ; Infor-Drogues ; Le Méridien ; Le Pélican ; Les Pissenlits ; Ligue des Usagers des Services de Santé ; Médecins du Monde ; Modus Vivendi ; Nadja ; Observatoire du Sida et des Sexualités ; Plate-forme prévention Sida ; Point Culture ; Promo Santé & Médecine Générale ; Prospective Jeunesse ; Question Santé ; Repères ; Réseau Santé Diabète ; Santé-Communauté-Participation ; Service de Santé Mentale ALFA ; Service de santé mentale de Verviers – A.V.A.T. ; Service d’Information Promotion Education Santé ; Service Education pour la Santé-Promotion santé en milieu carcéral ; Service Universitaire de Promotion de la Santé de l’UCL/IRSS-RESO ; Sida IST Charleroi Mons ; Sida Sol ; Sida SOS ; Solidaris Pipsa ; Union Nationale des Mutualités Socialistes ; Univers Santé ; Université de Liège-APES ;  Ville de Mons – Service de prévention et de réduction des risques liés aux usages de drogues.

 


¹ L’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS), Données sur les niveaux et conditions de vie, consulté le 30-05-2018.

² L’Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale (2017). Baromètre social 2017. Bruxelles : Commission communautaire commune.

3 Marmot M., Allen J.J. (2014) « Social determinants of health equity », American Journal of Public Health, vol. 104, S4, p.S517-S519 cité dans Breton E., et al., (2017) « La promotion de la santé – comprendre pour agir dans le monde francophone », Presses de l’EHESP. 

http://www.levif.be/actualite/sante/la-wallonie-en-surmortalite-chronique/article-normal-844463.html 

Charte d’Ottawa, OMS 1986  

6 40 après la déclaration d’Alma Ata