Scroll to top

Mémorandum
A destination des femmes et des hommes politiques bruxellois

Investir dans la promotion de la santé, ça rapporte !

Bruxelles accumule une série de difficultés dues à la situation socio-économique et à ses caractéristiques de grande métropole :

25,5 % des enfants naissent dans un ménage sans revenu de travail ;
36,4% des jeunes sont au chômage ;
1/3 de la population vit avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté¹ et les écarts d’espérance de vie à la naissance entre les communes les plus pauvres et les plus aisées s’accroissent…

Et les écarts d’espérance de vie à la naissance entre les communes les plus pauvres et les plus aisées s’accroissent … Malgré un investissement constant dans les soins médicaux, les services psycho-médicosociaux sont saturés … Des écarts de santé importants et injustes subsistent voire s’aggravent au sein de la population²…

Un cadre politique européen pour la santé et le bien-être, Santé 2020, réaffirme l’absolue nécessité de lutter contre les inégalités sociales et en particulier celles liées à la santé³…

Face à ces défis, nous jugeons indispensable de rappeler la place centrale de la promotion de la santé et la nécessité de l’inscrire dans l’ensemble des programmes politiques.

Accorder cette place à la promotion de la santé à Bruxelles, c’est :

  • contribuer à protéger et améliorer les conditions de santé et de bien-être des Bruxellois par une action émancipatrice continue tout au long de leur vie ;
  • lutter contre les facteurs de disparités de santé et contribuer à les réduire sur le territoire notamment en portant une attention particulière aux populations vulnérables ;
  • mettre la population bruxelloise au cœur des décisions et des actions pour élaborer ensemble des solutions favorables à la santé créant ainsi plus de cohésion sociale ;
  • plaider pour un accès à la santé équitable, pour tous, aux différents âges de la vie, sans aucune discrimination sociale, ethnique, culturelle, territoriale, générationnelle, de genre…
  • diminuer sur du long terme les coûts sanitaires et sociaux en intervenant en amont des problèmes (maladies, traumatismes) et en agissant sur l’ensemble des éléments et conditions qui influencent l’état de santé : logement, emploi, éducation, loisirs, environnement, revenus, culture…

Définir des politiques publiques, ayant un impact favorable sur la santé et contribuant à réduire les inégalités sociales de santé, nécessite des stratégies concertées et transversales. Ce qui implique de mettre autour de la table différents secteurs comme par exemple l’urbanisme, le social, la santé, la propreté, la culture, etc. Pour ce faire, l’expertise du secteur de la promotion de la santé (par essence interdisciplinaire) est primordiale puisqu’elle se distingue par une vision globale de ce qui influence la santé des individus.

Le secteur de la promotion de la santé travaille à :

  • développer des actions de proximité qui permettent d’identifier les besoins en tenant compte des contextes des bruxellois, et d’agir en conséquence avec eux ;
  • tenir un rôle d’interface entre différents secteurs (aide sociale, soins, enseignement, emploi, environnement…) et niveaux d’action (individus, collectivités, professionnels, politiques) ; une démarche indispensable pour traiter une question aussi complexe que la santé ;
  • offrir un appui aux acteurs de divers champs sur les questions de santé : accompagnement, formation, recherche, documentation, évaluation, création d’outils méthodologiques, pédagogiques et d’information…

La santé est un droit fondamental qui doit mobiliser tant les citoyens que les élus. Une politique de santé allant au-delà du soin et s’appuyant sur le secteur associatif est incontournable pour faire de Bruxelles, Capitale de l’Europe, une Région en santé.

Nous revendiquons que la promotion de la santé soit inscrite dans l’ensemble des programmes politiques des partis ainsi que dans les déclarations de politiques régionales et communales.

 


¹ Baromètre social 2012 pour la Région de Bruxelles
² À ce propos voir Education Santé n°298, mars 2014
³ En septembre 2012, l’OMS/Europe a publié une étude sur les déterminants sociaux de la santé et la fracture sanitaire dans la Région européenne de l’OMS. Cette étude a permis l’élaboration du cadre politique, Santé 2020.